Philippe Kesseler

La démarche sculpturale de Philippe Kesseler trouve son origine dans une réflexion sur l'océan comme métaphore de l'espace de vie ... Immensité autonome sur laquelle naît l'homme, sur laquelle chaque individu doit naviguer, se déplacer. Source de vie, tantôt maternelle, calme, plane, morne ou tempétueuse (tempête tueuse), insurmontable, démontée. L'homme doit y tracer sa route, suivre des caps pour y trouver son port d'attache, atoll ou cimetière marin, crique idyllique ou épave...

Philippe Kesseler emploie pour s'exprimer, métal, béton, enduits et pigments, matériaux laissés pour compte de rêves architecturaux, parias de friches industrielles, qui sous ses doigts s’assemblent et s’épaulent pour former esquifs, balises, vaisseaux en errance en quête d’un port d’attache.

"Grand Esquif"


"Esquif"


"Esquif 2"