Bruno Bienfait

Bruno Bienfait

Eau, vagues, ondes et flottements.

Une approche de l'infini.    

Au départ il y a l'eau. Depuis plusieurs années les phénomènes qu'on peut observer à la surface de l'eau ont été la base de mon travail.  

Au début, il s'agissait surtout d'un intérêt esthétique, résultat de l'appel qu'exerce sur moi toutes ces lignes qui se dessinent, ces vagues qui se creusent en produisant des effets multiples et infinis de reflet, de miroir et de transparence. Et puis je me suis aperçu que ces harmonies, simplement visuelles au commencement, me traversaient ou plutôt pénétraient en moi et y restaient. C'est devenu un instrument pour la compréhension de phénomènes beaucoup plus vastes. Les vagues ont introduit le flottement, les ondes, le mouvement perpétuel, l'infini.  

Je vis dans cette société "post moderne" qui a chassé presque toutes les traces de spiritualité. Mais je ne peux pas me satisfaire d'essayer de vivre le plus longtemps possible en bonne santé en passant mon temps à consommer n'importe quoi pour oublier que je suis né et que je vais mourir. Savoir que l'univers est apparu il y a des dizaines de milliard d'années et qu'il disparaîtra dans tant d'autres ne me suffit pas non plus car il s'agit encore de faits matériels.

Je ressens le vide, en tout cas l'inconnu ou le mystère de l'avant et de l'après. ( Avant la naissance, après la mort ). La vie elle-même n'est au fond qu'une répétition de passions que plusieurs millénaires de civilisation n'ont à peine changé.

L'image de la vague qui ondule sans fin ou le flottement qui court sans cesse évoquent le mouvement perpétuel, l'éternel recommencement. Le rythme issu de ces mouvements marque le temps. Mais c'est pour moi une durée qui se fait intemporelle et qui suggère l'infini dans lequel notre vie se compare à une étincelle furtive. Je ne recherche pas l'ambition, je constate l'humilité de mon existence par rapport à ce qui n'a pas de début ni de fin. Mes sculptures, comme mes peintures ou mes photos, en retraçant les lignes que m'inspirent la perfection de ces espaces naturels, sont des détails du rythme du temps. Elles décrivent l'instant présent qu'on peut saisir, en suggérant l'infini du passé comme celui du futur. 

Bruno BIENFAIT, mars 2014.

 

Pour connaître l'ensemble des œuvres et tarifs de cet artiste, merci de bien vouloir nous contacter.

 "Ondes", sept éléments dimensions: 80 x 54 cm, entre 5 et 7 kg, chaque technique: bois deDouglas traité à la saumure, patiné à la térébenthine, huile de lin et cire d'abeille, Année: 2015, version: unique signée n° 2015-7


« Flottement », extérieur, bois de cyprès,40 x 20 x 300 cm